Un policier a ouvert le feu sur ce pauvre chien...

Posté par Matsouf, le Jeudi, 05 Octobre 2017

1038 vues

0 Partages
facebook

Partager sur Facebook

twitter Partager sur Twitter

Le président de la Société protectrice des animaux de la Mauricie, Daniel Cournoyer, qui est lui-même un ancien policier, trouve toute cette histoire plutôt nébuleuse. Selon lui, les policiers auraient dû demander à M. Jalbert de contrôler son chien et si les choses étaient allées trop vite, «l'utilisation de l'arme à feu, c'est vraiment l'action ultime», dit-il.Selon M. Cournoyer, les policiers ont à leur disposition bien d'autres moyens que de dégainer leur arme à feu, notamment des armes intermédiaires, comme le poivre de cayenne ou le pistolet à impulsion électrique (Taser), des options que le policier aurait dû utiliser en priorité, selon lui.«Tu ne peux pas tirer dans le noir», plaide M. Cournoyer. «Il y a peut-être un maître à l'autre bout de la laisse», fait-il valoir.Le président de la SPAM croit donc qu'il serait important que toute la lumière soit faite sur cette affaire.Le porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugo Fournier, a confirmé les faits, mercredi, lorsque contacté par Le Nouvelliste. Ce dernier ne pouvait toutefois commenter le dossier puisque des procédures légales ont été entamées.M. Fournier a confirmé que les policiers de la SQ sont équipés de poivre de cayenne et d'un pistolet à impulsion électrique et qu'ils sont formés pour les utiliser, mais que le «continuum de force» qu'ils peuvent employer varie selon les situations.Daniel Jalbert indique que sa conjointe a dû prendre une semaine de vacances pour se remettre de cette affaire et soigner Bones. «Il est comme son enfant et on a dû ramasser du sang pendant une semaine», déplore-t-il.


Cela devrait aussi vous plaire

.

Copyright © 2017 - MinuteFun

Contactez-nous